Déclaration publique conjointe d’organisations de la société civilesuite à l’attaque terroriste du vendredi 02 mars 2018 contre l’Etat-major général des armées et l’Ambassade de France au Burkina Faso

Déclaration suite à l’attaque terroriste du vendredi 02 mars 2018 contre l’Etat-major général des armées et l’Ambassade de France au Burkina Faso

Nous avons vécu avec consternation l’attaque terroriste survenue le vendredi 02 mars 2018, dirigée contre l’Etat-major général des armées et l’Ambassade de France au Burkina Faso, les incidents armés qui ont suivi cette attaque ainsi que la psychose qui en résulte.

Nous tenons par la présente à condamner ces actes de barbarie innommable et à manifester notre solidarité à la nation toute entière et en particulier, à l’endroit de nos forces de défense et de sécurité (FDS), des victimes (morts et blessés) et de leurs familles. Nous témoignons à l’égard de l’Ambassade de France au Burkina Faso notre sympathie et notre solidarité active. Nous félicitons les forces de défense et de sécurité pour leur bravoure, leur réactivité et l’efficacité de leur intervention qui ont permis de mettre hors d’état de nuire les assaillants et de limiter les dégâts. Nous remercions les amis du peuple burkinabè qui de l’extérieur comme de l’intérieur lui ont témoigné de leur soutien.

Analysant froidement la situation, nous avons abouti à la conclusion que notre pays a été attaqué pour ce qu’il est, pour ce qu’il veut ou projette pour son peuple.

Nous avons été attaqués pour nos valeurs faites d’ouverture, de tolérance, d’humanisme, de solidarité et d’intégrité, et ces attaques visent à ébranler ces valeurs qui constituent le ferment de notre vivre-ensemble.

Nous avons été attaqués pour notre histoire, faite de luttes héroïques remportées avec brio contre toutes les adversités au prix souvent du sang et de la vie de nos compatriotes. Et force est de constater que les ennemis de notre peuple ne veulent point accepter la détermination du peuple à s’assumer dans sa plénitude.

Nous avons été attaqués pour l’identité de notre pays et de notre peuple : un Etat laïque, engagé dans le respect des droits humains, des principes démocratiques et de l’Etat de droit, un peuple conscient de ses responsabilités et de ses devoirs devant l'histoire et devant l'humanité.

 

Nous avons été attaqués pour ce que nous projetons de construire pour notre pays : notre projet de souveraineté collective, notre projet de vivre-ensemble, de cohésion sociale et de développement durable. Cette attaque vise une fois de plus à saper les fondamentaux de notre pays, à semer le doute et la division.

Et pour tout cela, la résignation n’est pas une option. Bien au contraire la résilience et la résistance deviennent une nécessité impérieuse pour notre peuple.

Résilience parce que malheureusement, nous devons apprendre à vivre avec l’éventualité de l’occurrence de ces attaques et nous avons par conséquent l’obligation d’adapter nos modes de vie et nos attitudes en conséquence. Ceux qui nous ont désignés comme cibles ne nous lâcherons pas tant que nous n’abdiquerons pas. Et nous n’abdiquerons pas !

Résistance parce qu’il s’agit de travailler à préserver nos valeurs, notre histoire et notre projet collectif et d’infliger en retour aux ennemis de notre peuple la défaite définitive qu’ils méritent.

Tirant leçon de tout ce qui précède, nous invitons l’ensemble du peuple burkinabè :

-          A l’union sacrée autour de nos forces de défense et de sécurité, garant de notre sécurité individuelle et collective et à un sursaut patriotique ;

-          Au respect strict des consignes de sécurité, à la prudence et à la vigilance ;

-          A renforcer la confiance et la collaboration avec les FDS en portant à leur connaissance toute situation équivoque ;

-          A ne pas céder à la psychose et à la panique.

Nous interpellons particulièrement les jeunes :

-          A se départir de toute idéologie politique, philosophique ou religieuse extrémiste, et de toute aventure mortifère ;

-          A s’abstenir de diffuser à travers les réseaux sociaux ou par tout média toute information susceptible de nuire à la sécurité de nos FDS ;

-          A la dignité dans la résistance.

Par ailleurs, nous rappelons au Gouvernement son obligation d’assurer à toutes et tous la sécurité et la sûreté, et de garantir l’intégrité et l’inviolabilité du territoire. Nous l’invitons par conséquent à tirer les enseignements qu’il faut de ces situations et à envisager avec courage et détermination les réformes indispensables pour y faire face, au regard surtout des suspicions légitimes de complicité interne qui découlent de ces actes.

Nous manifestons à cet égard notre disponibilité, en tant qu’organisations de la société, à apporter notre contribution autant que nécessaire au renforcement de la résilience de la population et dans la lutte contre l’extrémisme violent dans notre pays.

Fait à Ouagadougou le 05 mars 2018

Ont signé :

  1. Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique (CIFDHA)
  2. Centre pour la gouvernance démocratique (CGD)
  3. Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT) Burkina
  4. Centre pour la qualité du droit et la justice (CQDJ)
  5. Forum de la société civile d’Afrique de l’Ouest au Burkina Faso (FOSCAO-BF)
  6. Association Maïa Bobo Dioulasso
  7. Association Alert Migration Afrique
  8. Association pour l’éducation et l’environnement (A2E)
  9. Centre d'Eveil Démocratique et d'Education citoyenne Burkina Faso (CEDEC/BF)
  10. 10.  Association NEKRE pour l'Epanouissement de la Culture de la zone Zaoga (ANECZ)
  11. 11.  Association United Burkina

12. Mouvement Burkinabé pour l'Emergence de la Justice Sociale (MBEJUS)

13. Association des femmes juristes du Burkina Faso (AFJ/BF)

14. Coalition Burkinabè pour le suivi de la mise en œuvre de la Convention sur l’Elimination de toutes les formes de Discriminations à l’Egard des femmes (CEDEF)

15. Coalition au Burkina Faso pour les droits de l'enfant (COBUFADE)

  1. 16.  Association Nationale pour l’Education et la Réinsertion Sociale des Enfants à Risques (ANERSER)

17. Association burkinabè de droit humanitaire (ABDH)

Nous avons vécu avec consternation l’attaque terroriste survenue le vendredi 02 mars 2018, dirigée contre l’Etat-major général des armées et l’Ambassade de France au Burkina Faso, les incidents armés qui ont suivi cette attaque ainsi que la psychose qui en résulte.

Nous tenons par la présente à condamner ces actes de barbarie innommable et à manifester notre solidarité à la nation toute entière et en particulier, à l’endroit de nos forces de défense et de sécurité (FDS), des victimes (morts et blessés) et de leurs familles. Nous témoignons à l’égard de l’Ambassade de France au Burkina Faso notre sympathie et notre solidarité active. Nous félicitons les forces de défense et de sécurité pour leur bravoure, leur réactivité et l’efficacité de leur intervention qui ont permis de mettre hors d’état de nuire les assaillants et de limiter les dégâts. Nous remercions les amis du peuple burkinabè qui de l’extérieur comme de l’intérieur lui ont témoigné de leur soutien.

Analysant froidement la situation, nous avons abouti à la conclusion que notre pays a été attaqué pour ce qu’il est, pour ce qu’il veut ou projette pour son peuple.

Nous avons été attaqués pour nos valeurs faites d’ouverture, de tolérance, d’humanisme, de solidarité et d’intégrité, et ces attaques visent à ébranler ces valeurs qui constituent le ferment de notre vivre-ensemble.

Nous avons été attaqués pour notre histoire, faite de luttes héroïques remportées avec brio contre toutes les adversités au prix souvent du sang et de la vie de nos compatriotes. Et force est de constater que les ennemis de notre peuple ne veulent point accepter la détermination du peuple à s’assumer dans sa plénitude.

Nous avons été attaqués pour l’identité de notre pays et de notre peuple : un Etat laïque, engagé dans le respect des droits humains, des principes démocratiques et de l’Etat de droit, un peuple conscient de ses responsabilités et de ses devoirs devant l'histoire et devant l'humanité.

 

Nous avons été attaqués pour ce que nous projetons de construire pour notre pays : notre projet de souveraineté collective, notre projet de vivre-ensemble, de cohésion sociale et de développement durable. Cette attaque vise une fois de plus à saper les fondamentaux de notre pays, à semer le doute et la division.

Et pour tout cela, la résignation n’est pas une option. Bien au contraire la résilience et la résistance deviennent une nécessité impérieuse pour notre peuple.

Résilience parce que malheureusement, nous devons apprendre à vivre avec l’éventualité de l’occurrence de ces attaques et nous avons par conséquent l’obligation d’adapter nos modes de vie et nos attitudes en conséquence. Ceux qui nous ont désignés comme cibles ne nous lâcherons pas tant que nous n’abdiquerons pas. Et nous n’abdiquerons pas !

Résistance parce qu’il s’agit de travailler à préserver nos valeurs, notre histoire et notre projet collectif et d’infliger en retour aux ennemis de notre peuple la défaite définitive qu’ils méritent.

Tirant leçon de tout ce qui précède, nous invitons l’ensemble du peuple burkinabè :

-          A l’union sacrée autour de nos forces de défense et de sécurité, garant de notre sécurité individuelle et collective et à un sursaut patriotique ;

-          Au respect strict des consignes de sécurité, à la prudence et à la vigilance ;

-          A renforcer la confiance et la collaboration avec les FDS en portant à leur connaissance toute situation équivoque ;

-          A ne pas céder à la psychose et à la panique.

Nous interpellons particulièrement les jeunes :

-          A se départir de toute idéologie politique, philosophique ou religieuse extrémiste, et de toute aventure mortifère ;

-          A s’abstenir de diffuser à travers les réseaux sociaux ou par tout média toute information susceptible de nuire à la sécurité de nos FDS ;

-          A la dignité dans la résistance.

Par ailleurs, nous rappelons au Gouvernement son obligation d’assurer à toutes et tous la sécurité et la sûreté, et de garantir l’intégrité et l’inviolabilité du territoire. Nous l’invitons par conséquent à tirer les enseignements qu’il faut de ces situations et à envisager avec courage et détermination les réformes indispensables pour y faire face, au regard surtout des suspicions légitimes de complicité interne qui découlent de ces actes.

Nous manifestons à cet égard notre disponibilité, en tant qu’organisations de la société, à apporter notre contribution autant que nécessaire au renforcement de la résilience de la population et dans la lutte contre l’extrémisme violent dans notre pays.

Fait à Ouagadougou le 05 mars 2018

Ont signé :

  1. Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique (CIFDHA)
  2. Centre pour la gouvernance démocratique (CGD)
  3. Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT) Burkina
  4. Centre pour la qualité du droit et la justice (CQDJ)
  5. Forum de la société civile d’Afrique de l’Ouest au Burkina Faso (FOSCAO-BF)
  6. Association Maïa Bobo Dioulasso
  7. Association Alert Migration Afrique
  8. Association pour l’éducation et l’environnement (A2E)
  9. Centre d'Eveil Démocratique et d'Education citoyenne Burkina Faso (CEDEC/BF)
  10. 10.  Association NEKRE pour l'Epanouissement de la Culture de la zone Zaoga (ANECZ)
  11. 11.  Association United Burkina

12. Mouvement Burkinabé pour l'Emergence de la Justice Sociale (MBEJUS)

13. Association des femmes juristes du Burkina Faso (AFJ/BF)

14. Coalition Burkinabè pour le suivi de la mise en œuvre de la Convention sur l’Elimination de toutes les formes de Discriminations à l’Egard des femmes (CEDEF)

15. Coalition au Burkina Faso pour les droits de l'enfant (COBUFADE)

  1. 16.  Association Nationale pour l’Education et la Réinsertion Sociale des Enfants à Risques (ANERSER)

17. Association burkinabè de droit humanitaire (ABDH)

Plus dans cette catégorie : « Nos forces